De ces temps-ci, je suis révolté. Je sais, c’est stupide, ça ne sert à rien, ça n’apporte pas de solutions à quoi que ce soit. Mais il n’empêche que je ne peux m’empêcher de m’énerver quand on parle des transports en commun à Bruxelles, que ce soit la STIB ou Villo.

Villo, magnifique contraction de ville et vélo (tiens, les considérations linguistiques n’ont pas joué ici, parce que pour le coup, ça fait vraiment très francophone. Enfin, on s’en fout, c’est un détail). Un nouveau projet pour promouvoir le déplacement en vélo dans la ville en remplacement de Cyclocity qui avait franchement foiré à Bruxelles. Apparemment, les autorités publiques n’ont pas compris pourquoi. Ils n’ont pas compris que Cyclocity ne servait à rien, et que Villo non plus. Parce que le réseau Cyclocity comme celi de Villo est entièrement ou presque à l’intérieur du centre de Bruxelles, qui est petit et accessible à pied. Qui travaille et vit dans le centre de Bruxelles ? Et surtout, dans ce cas-là, qui va se faire chier à prendre voiture ou vélo pour se déplacer alors qu’il peut tout faire à pied.

Soyons honnête, il y a quelques stations hors de la petite ceintures : quelques unes pour les fonctionnaires européens, une à la gare du Nord et trois quatre à Anderlecht près de la gare du Midi. Par contre, pas une seule station à Ixelles, où les nombreux étudiants seraient, j’en suis sur, tout à fait motivé par le fait de prendre le vélo pour aller au centre, plutôt que le 71 toujours bondé et ralentit par la circulation. Et surtout, rien dans les communes plus éloignées du centre, celles-là même où les gens prennent leur voiture pour se rendre dans l’intra-muros, à cause de la pauvreté des transports en communs. Rien à Uccle ou Forest, sans parler des Woluwé, Watermael, Jette et Ganshoren, ni au nord de Schaerbeek.

Du coup, je ne vois vraiment pas qui utiliserait ces vélos et pour aller où ? Du centre au centre ? Autant le faire à pied, c’est agréable et moins dangereux vu l’absence d’aménagement des voies cyclables. Et surtout, pourquoi payer pour un service qui n’apporte rien du tout. Soyons honnête, les prix sont raisonnables, si le service me permettait d’aller de chez moi au centre, aussi vite, si pas plus vite, qu’en utilisant le bus. Mais si c’est pour aller de la Bourse à De Brouckère, franchement, je ne vois pas l’intérêt !

Mais alors, le comble du summum, c’est le manque total d’intégration de ce service dans les transports en commun de la ville. Pourquoi ne pas avoir intégré ces abonnements dans la magnifique carte Mobib qu’on nous vend à coup de pubs sans véritablement rassurer sur la confidentialité des données qu’elle contient, et encore moins sur son utilité. Un jour, cela servira peut-être de titre de transport unique. Mais pas pour le vélo apparemment, puisqu’il faut prendre une autre carte d’abonnement si on souhaite utiliser le service à l’année. Pas non plus de possibilité de prendre l’abonnement STIB + Villo, avec une réduction pour encourager les usagers réguliers de la STIB à utiliser les vélos de la ville.

La STIB, parlons-en aussi, et son nouveau Métro. On a pu croire à une époque avec la campagne de pub massive qu’on allait réellement voir une révolution du transport à Bruxelles. On avait du mal à y croire, vu le peu de changement sur les cartes. Et en réalité, évolution, il y a eu. Des évolutions dans les retards et des trous dans la régularité des navettes. Il n’est pas rare de devoir attendre 15 minutes pour prendre une rame bondée que vous preniez déjà avant, sauf qu’elle était à l’heure. De plus, cela fait maintenant deux mois que le service est en route et la STIB semble toujours incapable de régler les problème d’affichage du temps d’attente, alors même que cet affichage fonctionnait parfaitement bien avant le Nouveau Métro. J’ai réellement constaté une dégradation énorme du service métro de la STIB, et il est clair que cela n’est plus lié à un lancement et qu’il faudra s’habituer à ces problèmes de façon récurrente (sans compter que les nouvelles lignes 1 et 5 sont déjà en travaux la semaine prochaine).

Bref, on se demande bien pourquoi on devrait utiliser les transports en commun, avec tout ça. La réponse est simple : parce qu’on a pas le choix ! La voiture, ça coute cher, il devient impossible de trouver un parking gratuit (en face de chez moi, on a installé des horodateurs, je plains les riverains qui n’ont pas de garage). Le message est clair : les pauvres ont le droits de faire des efforts pour la planète en utilisant un réseau de transport en commun de moins en moins efficace et des vélos qui ne servent à rien (et qui coutent eux aussi de toute façon de plus en plus chers). Tandis que les riches peuvent payer des parkings très chers et les amendes qui vont avec pour renflouer les caisses des communes (et des entreprises privées qui gères les horodateurs et parkings couverts).

Et là, je n’ai même pas parlé des transports de nuit avec le formidable projet des taxis Collecto (ou on paye 24 euros à trois une course qui coute normalement 15 euros), des travaux incessants avec interruption de ligne, de Cambio au prix réellement prohibitif (70 euros si je l’utilise une fois pour une sortie, 60 euros pour une journée. A ce prix là, je préfère louer la voiture à un loueur « classique »).

Vive la politique de transport bruxelloise.