Avant toute chose, ceci est (sensé être) un post sponsorisé par Buzz Paradise.

Je n’ai pas l’habitude de réaliser des articles de commandes, mais j’ai trouvé le sujet suffisamment intéressant pour m’y attarder. On m’a en effet demandé de commenter la dernière campagne des sacs Eastpack. Et comme je trouve la marque Eastpack intéressante d’un point de vue marketing et la réalisation de cette dernière campagne pas trop mal, je crois que j’ai de quoi écrire un petit article…

Pour ceux qui l’ignoreraient, Eastpack est une marque principalement de sacs à dos qui s’est construite une image de marque très forte en grande partie grâce à la consistance de sa stratégie. Construite autours de l’excellent baseline « Built to Resist », les campagnes d’Eastpack se sont depuis toujours déclinées autours de ce concept de manière très efficace.

Depuis 3 ans, c’est en compagnie de zombies que les sacs Eastpack montrent qu’ils résistent vraiment à tout. Et le succès de la campagne (apparemment) pousse la marque à continuer dans cette voie en la déclinant sous une forme plus sociale : c’est la campagne Zed & The Party Belt.

Une campagne donc principalement sur le net, basée sur un mini-site créé pour l’occasion (http://www.party-belt.com) soutenu par un groupe Facebook (http://www.facebook.com/partybelt) qui a l’air de pas mal marcher, un compte Twitter (http://twitter.com/zedpartybelt) qui ne marche absolument pas et surtout par une vidéo musicale que voici :

Le son ne vous fait pas penser à quelque chose ? Même si cela ne m’est pas venu immédiatement, une fois qu’on le dit, l’évidence apparaît. Le titre a été produit par John Stargasm, le leader du groupe belge Ghinzu. Les claviers, les voix, la batterie, tout fait en effet penser à un titre de Ghinzu. Cela donne au final un titre original de suffisamment bonne qualité pour valoir un coup d’oreille.

Si on peut se demander ce qui a poussé Stargasm a produite le titre de Eastpack (disponible sur iTunes et distribué par [PIAS], le plus gros distributeur belge indépendant), il faut bien admettre que cela donne une classe particulière à la campagne, et un petit attachement nationaliste au résultat. Par ailleurs, le profil Facebook est géré assez bien par la marque (même si avec à peine 4000 fans, c’est pas encore le succès total) tandis que Eastpack se retrouve associé à pleins de valeurs positives : bons sons, proximité et toujours dans la mouvance du « Built To Resist ».

Bref, une campagne sympathique de laquelle j’ai pris plaisir à parler.

Edit : On me souffle dans l’oreillette (merci @kedis) que John Israël dit Stargasm, dont le premier métier est la communication avant la musique, aurait comme premier client de sa boite la marque Eastpack. Cela explique beaucoup de chose…