Je les avais déjà vus en première partie de Ladytron (détestable, Ladytron, en live) il y a quelques mois, mas j’avais manqué le début et je n’en avais pas gardé beaucoup de souvenirs. En plus Radio Campus ULB m’offrait une place pour voir ce concert mardi soir, donc je me suis dit que ce ne serait pas mal de réactualiser ma mémoire et me faire un avis définitif sur le groupe.

Il faut dire que l’écoute de leur album ne m’avait pas emballé plus que ça. Paradoxalement, il n’a certainement pas été composé au métronome. Les mélodies et les sons déglingués donnent parfois une impression de Hot Chip, mais ça reste très loin de l’efficacité que peut offrir ce dernier groupe. Je me souvenais néanmoins qu’en terme de show, le trio Metronomy était assez efficaces.

Pas de première partie, et ils commencent une demi-heure plus tard que l’heure indiquée (le Botanique devrait faire un effort à ce sujet et indiquer les heures de débuts et les premières parties quelque part), bon. Il faut pas être grand devin pour savoir que la musique va principalement être fournie par l’ordinateur derrière le chanteur principal. Elle sera soutenue par un bassiste au pantalon tellement moulant qu’on se demande comment il l’a enfilé et qui danse vraiment comme une folle, en assurant néanmoins sa ligne de basse rythmée. Il y aura aussi une guitare dans les mains du chanteur, et un saxophone pour le troisième. Le tout avec des claviers et un micro évidemment pour chacun des intervenants. Reste que le saxophoniste joue la plupart du temps du clavier, à une main, utilisant l’autre pour faire des petites gesticulations très drôles parce qu’absolument pas dans le rythme de sa musique. Bref, on a plus de la musique préenregistrée soutenue par une basse et une guitare. Et les voix.

A ce constat, on pouvait craindre le pire. D’autant plus qu’en terme d’inspiration, tout n’est pas parfait non plus. En jouant en même temps sur les terres de Hot Chip par le côté pop aux sons et rythmes venus d’ailleurs, de MGMT pour les mélodies quelques fois efficace et les voix et de LCD Soundsystem pour la basse très funky, ils se perdent un peu en référence, sans jamais les égaler, et n’impose pas vraiment leur style. Pire, on se retrouve souvent assis entre deux chaises. Mais si Metronomy ne convint pas trop musicalement, il faut bien avouer qu’ils réussissent à nous faire passer un bon moment de show. Les petites chorégraphies ridicules, le jeu de lumière minimaliste qui donne un cachet rétro-futuriste à la scénographie, les danses du bassistes, les gesticulations du saxophoniste, les bons mots du chanteurs et ses déclarations galvanisantes (« honnêtement, on s’est jamais autant amusé ») font qu’on oublie presque les défauts musicaux, le manque de rythme parfois alors qu’on sent que la musique est faite pour danser, pour sourire avec ce spectacle un peu hors du temps (et pourtant franchement dans l’air du temps).

Metronomy