Vous la savez, d’habitude, sur ce blog, je parle de ce dont tout le monde parle ou a entendu parler. Je ne m’aventure jamais sur le véritable terrain de l’indépendant, appréciant plus de chroniquer les grosses sorties Universalesque ou des quelques gros labels plus ou moins indépendants, ou à la mode. Et bien, pour une fois, je vais déroger à cette règle, et vous parler d’un groupe belge même pas signé (vous voyez à quel point je suis « indie ») mais qui déculoterait bien tous ces petits jeunes de chez Anorak Supersport ou 62 TV Records. Ce groupe, c’est Flying Superkick, comme la prise de catch (quoi, vous la connaissez pas ?)

C’est un peu par hasard que je me retrouve à leur prestation ce jeudi 12 février au Bazaar, un resto/bar dansant dans les Marolles qui représente bien l’envahissement du Sablon de ce quartier autrefois populaire. Rien qu’au prix de la bière, on sait que le lieu n’est pas destiné aux personnes qui habitent toutes les résidences sociales du quartier… Pourtant, ce qu’on va entendre ce soir-là dans la cave habituellement plutôt dancing du lieu, c’est du gros rock un peu rétro.

Mais pas uniquement, contrairement à ce que j’aurais pu craindre. On retrouve vraiment de tout dans cette musique. Des riffs de guitare à la Radio 4 sur « The Party« , des beats électronique presque Jungle sur « What Do You Do To Me » ou la basse ronronnante à single sur « Aircrash In Stereo« , on voyage beaucoup à travers ce concert, même si la base oscille entre le rock 70’s et le métal plus moderne. Plein de références nous viennent donc à l’esprit, j’ai même pensé à « I’m Afraid Of American » de Bowie, mais on finit vite par oublier tout cela pour se laisser gagner par l’énergie. Le groupe joue bien, sans en faire trop, mais avec une maturité que ne peuvent avoir les jeunes de moins de 25 ans qui se prennent pour des rocker (non, je ne pense pas à The dIPLOMAT). La son est bon, la voix du chanteur assurée, le set est maîtrisé, on passe donc un bon moment même quand on est pas nécessairement fan de ce style de musique, ce qui est plutôt mon cas. Parce qu’au delà de l’énergie, il y a aussi des mélodies bien senties et une belle progression tout le long du concert.

Bref, si vous avez un label et que vous ne savez pas qui signer en ce début d’année, je vous suggère de jeter un oeil sur leur MySpace ou écouter les quelques morceaux de leur démo sur Blip.fm (ou sur le lecteur juste à côté)