L’exercice de cette année est beaucoup plus compliqué pour moi qu’il n’y paraît. Parce que je suis loin de m’être enthousiasmé pour les disques présentés comme les meilleurs de l’années par d’autres blogueurs ou critiques. Sans compter que comme chaque année, j’ai encore beaucoup de disque à rattraper ! Du coup, la justification de mes choix doit être beaucoup plus travaillée et réfléchie pour offrir une critique un minimum construite.

Vous l’aurez donc compris, chez moi, pas d’Animal Collective, pas de Grizzly Bear, Passion Pit, The Horrors, Florence & The Machines, WhoMadeWho, The XX ou Fever Ray. Pas que j’ai détesté ces albums (bon, à part Merriweather Post Pavillon qui m’emmerde, oui), mais la plupart m’ont semblé moyens. Et même si l’année est assez moyenne, je n’ai pas envie de consacrer des albums moyens dans mon top. Du coup, il sera assez court et reprendra des albums peut-être moins branchés mais que j’ai énormément appréciés, surtout pour leurs défauts d’ailleurs !

Pour info, j’ai cette année écouté 91 albums sortis en 2009 (presque 2 par semaine donc) sur les 8 jours de musique que j’ai acquis en 2009 (hors podcast). Le nouveau titre (acquis en 2009) que j’ai le plus écouté est « Cheap and Cheerful » de The Kills (44 écoutes) et les albums que j’ai le moins aimé sont No Line In The Horizon de U2, Years of Refusal de Morrissey, It’s ot me it’s you de Lilly Allen et The Fame de Lady Gaga. Mon meilleur live est celui de themselves à la Rotonde du Botanique. Maintenant, place au classement…

7. Archive Controlling Crowds

On m’a dit que cet album était inégal, qu’il manquait totalement d’originalité, qu’Archive ne faisait que répéter ce qu’il a déjà fait. C’est peut-être même vrai ! Mais bon, à un moment, il faut arrêter de rigoler. Quand un album comprend des titres aussi ambitieux et réussis que « Controlling Crowds« , « Dangervisit« , « Collapse Collide » / « Clones« , « Bastardized Ink » et « Razed to the Ground » (et encore, je n’ai pas écouté la quatrième partie de l’album qui vient de sortir), je vois difficilement comment on peut ignorer si superbement cet album. C’est vrai, ce n’est peut-être pas meilleur que You All Look The Same To Me, mais c’est loin d’être identique, et c’est certainement devant « Noise » et « Lights« , les deux précédents opus. Bref, un grand album d’un groupe qui a un son bien à lui, cela suffit largement à me contenter cette année !

http://www.myspace.com/archiveuk

6. Peaches I Feel Cream

Encore un album largement snobé par les classements de fin d’année, le dernier opus de Peaches est pourtant d’une qualité plus atteinte depuis longtemps par celle qui a popularisé le mouvement riot girl. Avec I Feel Cream, on a non seulement une collection de singles en puissance (les 4 premiers titres de l’album, de « Serpentine » assez proche de ses meilleurs titres du premier album à « Talk To Me », où Peaches joue à Beth Dido) mais on profite en plus d’une grande cohérence sonore, d’une production impeccable (bien qu’assez réduite) et d’une efficacité qui ne faillit jamais. Bien sûr, écouter Peaches en 2009, c’est pas très in, plus très branché et sans doute pas subversif comme au début de la carrière de la chanteuse. Mais bon, moi, tant que la musique est bonne (bonne, bonne, bonne !), je suis prêt à passer pour un ringard…

http://www.myspace.com/peaches

5. Moderat Moderat

J’ai été assez étonné de ne voir nulle part cet album repris dans les tops de l’année… A le ré-écouter, je me rends compte que ma première impression et le souvenir que l’album m’avait laissé était meilleur que la musique. Néanmoins, il y a de très bonnes choses dans ce LP commun de Modeselektor et Apparat (qui vont apparemment continuer ce projet). A commencer par l’excellence du travail sur les nappes typique d’Apparat et les grosses basses breakées qu’on attribue facilement à Modeselektor. Il est vrai que la composition n’est pas toujours à la hauteur des compétences des deux bonshommes ce qui donne certains titres un peu faibles (c’est à dire juste agréable). Reste néanmoins des morceaux marquants (Sick With It, d’une évidence pop insolente, Porc #1 et #2 envoutants et déroutants, Rusty Nails assez émouvant) et surtout un album qui propose une musique très abordable sans sacrifier son âme, qui se danse mais passe très bien dans son salon. J’attends impatiemment de voir ça en live !

http://www.myspace.com/moderat

4. Clark Totems Flare

Cet album de Clark, pour moi, c’est d’abord la découverte du single « Growls Garden » qui est une tuerie parfaite pour donner envie d’aborder cet album sans craindre la même difficulté que pour son opus précédent Turning Dragons. Une bonne introduction, mais pas une image très honnête de l’ensemble de l’album qui reste assez aride pour celui qui n’apprécie pas la musique électronique qui verse dans l’expérimental. Pourtant, moi qui suis généralement peut sensible au travail sonore torturé de Warp, je dois avouer que le travail de Clark garde une forme d’efficacité qui me plait beaucoup. En gros, même si les titres se perdent parfois dans des délires sonores compressés, ils gardent une ligne directrice. Maintenant, ce n’est pas le genre d’album que j’écouterais tous les soirs, mais ce LP a eu le mérite de me réconcilier avec la musique électronique plus « intelligente ».

http://www.myspace.com/throttleclark

3. Gui Boratto Take My Breath Away

Je ne suis pas un grand fan du mouvement techno minimal, mais le brésilien Gui Boratto avait réussi à me convaincre que je pourrais même apprécier des artistes de l’écurie Kompact avec son premier excellent album Chromophobia. Il remet le couvert de la meilleure façon avec son deuxième album. Le son a évolué vers quelque chose de plus électro, avec des nappes plus vintage. Ca tend même par moment vers l’ambiant même si l’album se termine sur quelques morceaux dans la veine techno. Il y a vraiment quelque chose de particulier qui se dégage de cette musique qui la rend différentes de certains de ses comparses que je trouve très ennuyant. L’évolution de style n’y a rien changé : on retrouve cet âme électronique qui habite les beats millimétrés de Boratto. Je ne suis toujours pas entièrement réconcilié avec la minimale, mais avec cet album, j’ai enfin pu combler le vide entre Ricardo Villalobos et Richie Hawtin

http://www.myspace.com/guiboratto

2. The Juan MacLean The Future Will Come

L’année 2009 a été un grand cru pour James Murphy et son label DFA avec des compilations et des rééditions de grande qualité mais également des productions originales très réussies comme le deuxième album de Juan MacLean. Avec son premier opus Less Than Human, on avait un brouillon riche mais souvent casse-gueule. Ici, on s’est recentré sur quelques éléments, et ça donne un résultat beaucoup plus abouti entre électro-pop et punk-funk si cher au label DFA. En plus, il y a vraiment des titres forts : « The Future Will Come », « No Time », « One Day », « The Simple Life », « Happy House » sont tous des morceaux excellents. On peut regretter que la folie du premier album se soit estompée au profit de l’efficacité, mais cela ne nous empêchera pas de nous dandiner sur le rythme des lignes de basses formidables du disque. Prochaine étape de DFA, le troisième véritable album de LCD Soundsystem l’année prochaine !

http://www.myspace.com/thejuanmaclean

Pochette Bat For Lashes

Pochette Bat For Lashes

1. Bat For Lashes Two Suns

Et oui, c’est la gentille Natasha Khan qui se retrouve à la tête de mon top album de 2009. Et pourtant, on en m’accusera pas d’être un fana de pop folk. Mais cet deuxième opus de Bat For Lashes n’a eu aucun mal à me transporter. Cela uniquement grâce au travail rythmique formidable sur certains titres dont l’ouverture « Glass » et « Two Planets ». Cet album est facile et s’est imposé comme une évidence cette année, et c’est ce qui me plait le plus. Mais il garde cette classe pop que Florence & The Machine est loin d’offrir, notamment grâce à un univers onirique qui colle particulièrement bien à cette musique.

http://www.myspace.com/batforlashes

PS : A l’heure où j’écris cet article, je suis en train de jeter une oreille attentive à l’album de St-Vincent, qui est assez sympathique, en fait. Ce qui me pousse à revenir à mon top 2008 pour un prochain article.