20110413-084030.jpgJe ne suis pas particulièrement fana du label du label Warp. Je trouve souvent leur sortie pompeuse et leur ouverture vers d’autres styles opportuniste. C’est pour cela que, lorsqu’on me dit qu’un groupe electro-pop sort son premier album sur Warp, je suis loin de me jeter directement dessus. Encore moins quand le groupe se nomme « The Hundred In the Hands ». Sérieusement, penser un tout petit peu marketing lorsqu’on choisit son nom de groupe, c’est pas interdit. Ici, le nom est long, difficile à écrire (c’est In ou And, le pluriel est sur Hundred ou Hand,…) et c’est pas particulièrement sexy.

Mais bon, tout cela ne me décourage pas totalement et je décide de jeter une oreille relativement attentive à l’album éponyme. Je me rends compte alors que tous les gens « qui comptent » dans la blogosphère musicale francophone (et anglophone aussi) en ont déjà parlé il y a 9 mois et que ma chronique a donc une pertinence proche du zéro. Pourtant, il n’y a pas de quoi d’exciter autour de ce projet.

Pour situer, c’est de l’electro-pop vintage comme elle n’a jamais été plus à la mode que depuis les années 2000. Je suis sur qu’on a comparé la musique de The Hundred in the Hands à Ladytron, et j’irai plus loin en disant que sur certains morceaux, cela se rapproche plus de Client (Dead Ending) ou même de Radio 4 sur les morceaux à la guitare sage et à la basse gentillement rebondissante, et c’est pas trop un compliment (Commotion, Pigeon).

Et puis, on sait pas trop pourquoi, certains morceaux ont un semblant de début de personnalité. Killing It et surtout This Day Is Made a un petit coté electronica pas déplaisant, même si les voix montrent là encore opus leur faiblesse. Les guitares deviennent un peu moins lisse et les compositions plus osées sur Gold Blood et surtout Dressed In Desden.

Au final, c’est parfois grossier et difficile à supporter, parfois juste peu inspiré sans que cela soit mal réalisé. Et on pourra même en retirer un ou deux titres un peu plus intéressants.

PS : certains en parlent comme de la pop/disco new-yorkaise, mais il n’y a rien de disco, et c’est pas le meilleur du panier de la scène de Brooklyn. D’autre le situe entre Dub, pop et post-punk, el là, je dois dire, je sais pas…

Temps d’écriture: 23 minutes