L’electro du début des années 2000 ne se résume pas à Daft Punk. Il y a aussi deux américains, Warren Fischer et Casey Spooner, qui vont se fendre d’un album marquant à de nombreux points de vue.

Tout d’abord parce qu’en 2001, le duo plutôt issu de l’art plastique et du théâtre, donne déjà en téléchargement gratuit sur leur site internet leur titres, ce qui leur permet de se faire signer par une major (bien avant les artistes « MySpace » donc).

Ensuite par le travail graphique et scénique qui constituera leur marque de fabrique, même si le résultat reste discutable, au fil des ans.

Et puis, il y a ce premier album, une sorte de réponse anglo-saxonne au « Homework » de Daft Punk, tout en rythmique évolutive, en break bizarroïdes, en montée de clavier aux sons facilement identifiables. Et dedans, le single imparable « Emerge » qui reste un de mes titres electro favoris depuis 10 ans.

Depuis, on peut dire qu’ils n’ont rien fait de très bon. Leur deuxième comme leur troisième album sont peu convaincant, très pop et, malgré leur son reconnaissable, assez peu original. On en restera donc à ce premier album qui, en plus de contenir d’excellents titres (Emerge, Sweetness, Horizons) est également très cohérent dans son ensemble, une qualité que j’apprécie énormément en tant qu’acheteur de ces petit frisbee plastique que sont les CD

Temps d’écriture: 20 minutes