Archives for category: musique

A la base, je voulais écrire un article positif sur Birdy Nam Nam. Je voulais partir du fail de gestion de communauté du groupe (insultes à des fans mécontents sur leur page Facebook), dériver sur le fait que les artistes doivent comprendre que leur métier, c’est aussi de vendre leur musique et qu’ils ne peuvent donc pas se contenter de « réagir humainement » sur les réseaux sociaux, et puis, rebondir sur la critique du dernier album du groupe « Defiant Order ». Je l’ai écouté il y a quelques temps sur Spotify, et il m’avait laissé une suffisamment bonne impression pour me lancer dans la chronique après une seconde écoute.

Comme Spotify vient d’arriver en Belgique, c’est encore plus simple! Je me connecte et cherche l’album… Il ne s’y trouve pas! J’ai beau retourner dans tous les sens la recherche, pas de trace de ce « Defiant Order », pourtant chez Jive Epic, c’est à dire Sony Music. Une major quoi, ceux qui absorbent toutes la thunes de Spotify, le laissant dans l’impossibilité de rémunérer les plus petits labels qui menacent de se barrer. Même Coldplay refuse de mettre ses dernières sorties sur Spotify, le système serait-il donc vraiment une forme de légalisation du piratage sans réelles opportunités d’en tirer suffisamment d’argent pour les artistes (et surtout les éditeurs)? Ce n’est pas impossible, mais ce n’est pas vraiment le problème. A la limite, que Coldplay se retire de Spotify, ça a un sens. Il n’a en effet pas besoin de ce que Spotify a à lui offrir, c’est à dire des gens qui l’écoute. Ce n’est pas le cas de Birdy Nam Nam.

Il y a un truc fondamental que les artistes en général ne semblent pas comprendre actuellement. Gagner de l’argent sur la musique est un problème de riche. Le véritable problème de la toute grande majorité des artistes, c’est de se faire écouter. Je n’ai aucune idée du nombre d’albums qui sortent toutes les semaines, mais ça doit être un nombre impressionnant. Les radios ne jouent depuis bien longtemps plus le jeu de la découverte d’artiste, tant parce qu’elles sont noyées par le nombre de sorties qu’à cause de contrat publicitaire ou de nécessité d’auto-promotion sur base de la notoriété d’artistes déjà installés. Tout cela pour dire qu’Internet est plus qu’une opportunité à saisir pour les groupes, c’est simplement le passage obligé absolu à côté du live.

Evidemment, donner sa musique gratuitement, ça fait vendre moins d’album. La donner via Spotify ou via ses propres structures, c’est un choix stratégique sur lequel je ne veux pas épiloguer ici. Néanmoins, c’est le seul moyen actuellement pour que les gens vous écoutent. Je considère que lutter contre l’envie des gens de vous écouter gratuitement est totalement contre-productif. Est-ce que vous pensez vraiment que quelqu’un qui n’a jamais entendu « Defiant Order » a plus de chance de dépenser de l’argent pour Birdy Nam Nam que quelqu’un qui l’a écouté sur Spotify? Et au-delà de cela, pourquoi faites-vous de la musique, si ce n’est pas pour la partager au plus grand nombre?

Cela semble pourtant la direction choisie par de nombreux labels indépendants qui préfèrent se retirer de Spotify et donc perdre l’opportunité de donner accès facilement, légalement et de façon sécurisée à leurs morceaux aux gens intéressés. Est-ce que cela annonce une vague de fond de défection de labels indépendants de Spotify et des services de streaming? On peut le craindre, et voir ainsi le souffle nouveau que Spotify apporte retomber. A moins que Spotify, à défaut de mieux payer les labels indépendants (ce que le service sera incapable de faire), leur fournissent des outils marketing qui permettent aux artistes et labels de rentabiliser autrement les précieuses écoutent des utilisateurs de Spotify (et l’intégration sur Facebook ouvre déjà pas mal de possibilités).

Bref, ne pas trouver cet album sur Spotify (ni sur simfy et probablement pas ailleurs) m’a encore plus énervé vis-à-vis de Birdy Nam Nam (même s’il n’y sont peut-être pour rien). J’ai évidemment téléchargé illégalement l’album (ce que je n’avais plus fais depuis des mois) pour le principe. Il est vraiment pas mal. C’est dommage que vous ne puissiez pas l’écouter (bande de connards, pour faire le Birdy Nam Nam style).

VIa Sound of VIolence

Ca fait un petit temps que je ne vous ai pas parlé de musique. Pourquoi ne pas reprendre avec un de mes « chouchous », Tom Vek. J’avais beaucoup apprécié son premier album « We Have Sound » et je me désespérais depuis longtemps de n’entendre plus parler du jeune homme (« We Have Sound » date quand même de 2005).

Et puis, au printemps 2011, on m’annonce que le second album « Leisure Seizure » de Thomas Timothy Vernon-Kell serait bientôt une réalité. Le premier single « A Chore » montre que Tom Vek n’a pas beaucoup bougé depuis le temps. Il continue a avoir sa personnalité, son humour et son ton détaché. C’est d’ailleurs la principale critique qu’on peut adresser à ce second disque: il n’y a pas vraiment d’évolution dans la musique de Tom Vek.

Mais au final, est-ce vraiment un problème? Le premier disque avait été très bien accueilli par un public averti mais limité, il n’y a pas de mal à retenter le coup avec le second. Ce dernier s’avère, en contrepartie de son manque d’évolution, de la même qualité que le précédent. Toujours multi-instrumentiste, toujours inspiré des petits délires funk/punk poussé (à nouveau) sur le devant de la scène par la clique à James Murphy, le jeune homme nous pond quelques titres qui sont en mesure de rester coincer derrière nos oreilles un petit moment: Hold your Hand, A Chore et surtout Aroused dont le clip me semble particulièrement bien torché:

Après ces trois morceaux d’ouvertures franchement bons, on retrouve quand même quelques déchets mais d’autres excellents titres: Seizemic, A.P.O.L.O.G.Y. ou encore On a plate ressortent d’un album où l’homogénéité et la cohérence sont à la limite de provoquer l’ennui.

Il faut dire que le charme de cette musique repose en grande partie sur la présence vocale de Tom Vek. C’est d’ailleurs ce qui se confirme en live, où son interprétation de crooner blasé prend toute son ampleur. On danserait presque sur la musique s’il n’y avait la nonchalance totale de son interprète. Nonchalance de façade, bien évidemment, vu la maîtrise technique globale qui ressort tant en live qu’en version studio.

Il n’empêche que c’est peut-être ce qui explique le manque de succès du jeune homme. Comment réellement s’engager pour une musique vis-à-vis de laquelle l’interprète lui-même semble se détacher…

20110504-073523.jpgOn ne le dira jamais assez, le rose est une couleur trompeuse. Les égarés qui la portent en chemise devraient d’ailleurs tous écouter l’album « A Brief History Of Love » de « The Big Pink » pour se rendre compte de ce que cette couleur inspire. Rien de très joyeux, en tout cas.

Évacuons tout de suite le single « Dominos » qui essaye de cacher derrière un refrain catchy la déprime profonde de ce disque. Il faut dire qu’entre les influences très Kazabian sur ce single mais aussi sur « Too young to love » (où on ressent aussi un fond Krautrock typique de ce groupe) et celles plus proche de The Verve sur « Love In Vain » (surtout dans le chant, mais aussi les arrangements que je rapproche du titre « Sonnet » de The Verve), les modèles sont loin d’être les lurons les plus gais du paysage musical anglais (quand bien même porterait-ils des chemises roses).

Le problème, c’est que je suis plutôt client de Kazabian, mais nettement moins de The Verve. Du coup, je suis assez partagé sur ce disque, qui se laisse néanmoins écouter sans déplaisir. Ça ne réinventera pas la musique, mais des titres comme « Dominos », « Too young to love », « Frisk » ou « Tonight » m’ont divertis suffisamment quelques écoutes pour que l’album ne finisse pas dans l’oubli des tréfonds de ma bibliothèque iTunes. J’ai néanmoins des doutes sur le pérennité du groupe (mais c’est ce que j’aurais dit aussi sur le premier Kazabian, donc, pour ce que ça vaut…).

Au final, ce qu’il y a à retenir, c’est que si vous pensez que porter des chemises roses vous donne l’air de businessman jeune et actif, dites-vous que pour d’autres, cela donne plutôt une image de romantique dépressif. Donc ne portez pas de chemise rose, et puis c’est tout.

Écouter des extraits sur MySpace: http://www.myspace.com/musicfromthebigpink

PS: apparemment, fin 2009, cet album était attendu. Voilà ce qu’en dit Fluctuat (mais où voient-ils du Pivot et du Massive Attack…)

Temps d’écriture: 35 minutes

Je parle encore de quelqu’un qui chante en français, mais elle chante aussi en anglais. Néanmoins, ces titres ayant le plus d’intérêt sont en fait plutôt dans la langue de Molière que celle de Shakespeare. La jeune dame en question, c’est Peau qui présente son premier album « Première Mue ». Bon clairement, il y a du bon et du moins bon dans l’album, mais c’est suffisamment intéressant pour mériter quelques lignes.

Il y a d’abord l’excellente introduction « Première Mue », un titre electro-pop soutenue par la voix murmurante de la jeune dame qui pose bien son univers. Hélas, à cet excellent titre succède celui qui crystalise l’ensemble de ce qui me déplaît dans l’album : « Kyle » et « Enola Gay ». Ca ressemble à du Charlotte Gainsbourg ou à du Emilie Simon, mais sans la personnalité et avec un accent anglais et des arrangements déplorables. Le premier dans le registre électronique, le second plus guitare.

Heureusement quelques titres viendront nous sauver : « Sensuelle », « Breathe » et surtout le titre le plus réussi du disque « Litanie » avec des arrangements plus osés et un texte un peu plus prenant que les quelques rimes riches qui nous sont proposées au début de l’album. Ces titres offre également au disque une vrai personnalité, un peu moins calquée sur celle des modèles cités plus haut (qui reste néanmoins présents).

A l’heure où beaucoup salue le travail de Mélanie Laurent, je me permets d’attirer l’oreille de mes lecteurs sur cette alternative un peu plus crédible et personnelle, que je rapprocherais au niveau de l’univers de celui de Cécilia H.

A écouter sur son MySpace, sur Deezer (même pour les belges apparemment, ce qui est rare) et à regarder par là

Temps d’écriture : 22 minutes

Le festival de Dour approche à grand pas, la line-up est presque complète, et elle s’annonce comme chaque année très alléchante. J’attends particulièrement les shows de Spank Rock, Klaxons, Foals, Skepta, Hoquets, Kode9 & The Spaceape, entre autres.

Cette année, le festival propose un concours sympathique pour gagner des pass pour moi et mes amis. Il s’agit de proposer une playlist d’une heure avec des groupes présents sur le festival, dans l’optique de les présenter au public. Ceux qui me connaissent un peu savent que je passe pas mal de temps à sélectionner de la musique (sur Radio Campus ULB, sur Onesongoneday.com et sur ce blog) et que je ne pouvais donc pas passer à côté de l’occasion.

Voici donc mon heure de festival de Dour, depuis le début de l’après-midi tout en douceur pop, jusqu’au heures les plus sombres de la nuit avec de l’électro en passant par de l’electronica, du dubstep, du rock ou du hip-hop. N’hésitez pas à l’écouter et à la partager.

Dour 2011 Playlist Competition by Yann Lebout on Mixcloud

PS : le concours n’est pas basé sur la popularité, mais il faut atteindre 100 écoutes pour que le mix soit pris en compte. Merci donc de votre partage et n’hésitez pas à me suggérer d’autres groupes à aller voir!

Temps d’écriture: 18 minutes

20110413-084030.jpgJe ne suis pas particulièrement fana du label du label Warp. Je trouve souvent leur sortie pompeuse et leur ouverture vers d’autres styles opportuniste. C’est pour cela que, lorsqu’on me dit qu’un groupe electro-pop sort son premier album sur Warp, je suis loin de me jeter directement dessus. Encore moins quand le groupe se nomme « The Hundred In the Hands ». Sérieusement, penser un tout petit peu marketing lorsqu’on choisit son nom de groupe, c’est pas interdit. Ici, le nom est long, difficile à écrire (c’est In ou And, le pluriel est sur Hundred ou Hand,…) et c’est pas particulièrement sexy.

Mais bon, tout cela ne me décourage pas totalement et je décide de jeter une oreille relativement attentive à l’album éponyme. Je me rends compte alors que tous les gens « qui comptent » dans la blogosphère musicale francophone (et anglophone aussi) en ont déjà parlé il y a 9 mois et que ma chronique a donc une pertinence proche du zéro. Pourtant, il n’y a pas de quoi d’exciter autour de ce projet.

Pour situer, c’est de l’electro-pop vintage comme elle n’a jamais été plus à la mode que depuis les années 2000. Je suis sur qu’on a comparé la musique de The Hundred in the Hands à Ladytron, et j’irai plus loin en disant que sur certains morceaux, cela se rapproche plus de Client (Dead Ending) ou même de Radio 4 sur les morceaux à la guitare sage et à la basse gentillement rebondissante, et c’est pas trop un compliment (Commotion, Pigeon).

Et puis, on sait pas trop pourquoi, certains morceaux ont un semblant de début de personnalité. Killing It et surtout This Day Is Made a un petit coté electronica pas déplaisant, même si les voix montrent là encore opus leur faiblesse. Les guitares deviennent un peu moins lisse et les compositions plus osées sur Gold Blood et surtout Dressed In Desden.

Au final, c’est parfois grossier et difficile à supporter, parfois juste peu inspiré sans que cela soit mal réalisé. Et on pourra même en retirer un ou deux titres un peu plus intéressants.

PS : certains en parlent comme de la pop/disco new-yorkaise, mais il n’y a rien de disco, et c’est pas le meilleur du panier de la scène de Brooklyn. D’autre le situe entre Dub, pop et post-punk, el là, je dois dire, je sais pas…

Temps d’écriture: 23 minutes