Pas grand chose à dire en introduction, pas de réflexions pertinentes sur le principe des best of, mais juste vous rappeler que cette liste comprend des morceaux que j’ai découverts en 2011 (et qui ne sont donc pas sortis nécessairement en 2011), dans un ordre relativement aléatoire, et concerne uniquement des titres (tirés parfois d’albums moyens voir médiocres). Cela dit, passons à quelques tendances de cette liste.

1. DFA is still there

Le vieux briscard James Murphy s’est retiré de l’avant de la scène avec son groupe LCD Soundsystem, reste son label DFA dont je reste assez fans. La preuve, on retrouve dans mon top pas mal de morceaux sortis de cette écurie récemment, dont un extrait du dernier « The Rapture » revenu au bercail (mais aussi du Shit Robot et du Holy Ghost!).

2. Réconciliation francophone

Est-ce un effet de la longue crise linguistico-politico-communautaire belge, mais mon top cette année comporte pas mal de morceaux en français, ce qui est rare! On retrouvera un extrait d’un des albums que j’ai le plus écouté cette année, « La Reproduction » de Arnaud Fleurent-Didier, mais également du Bashung reprenant Gainsbourg, du Nicolas Fraissinet ou l’excellent titre « Litanie » de Peau.

3. Industriel et gothique. Sombre, quoi.

Les sonorités plutôt industrielles m’ont charmé l’oreille cette année. Que ce soit du côté « rock » avec PVT ou Tarwater, electronica avec anbb et Chloé ou carrément techno avec Arnaud Rebotini et Simian Mobile Disco. Je me suis aussi laissé tenter par des sons plus grandiloquents tels Zola Jesus, Sandra Kolstad et même IAMX.

4. Quelques hits aussi.

Je n’aurai pas résisté à quelques morceaux plutôt bien médiatisés tels « The Bay » de Metronomy, « I Follow Rivers » de Lykke Li (en version original, quand même, pas l’horrible remix de The Magician) ou peut-être le meilleur single de l’année « Midnight City » de M83.

5. Où est la musique urbaine?

Alors qu’il y a de cela encore quelques années, j’aurais défendu lourdement la musique dite urbaine comme grosse source d’inspiration, on la retrouve très peu cette année dans mon top. J’ai même été jusqu’à ne pas y insérer « Yonkers » de Tyler, the Creator, pourtant un bon morceau, mais très vite oublié. La vague post-dubstep me fait chier, le grime s’est perdu, et même l’écurie anticon ne semble pas avoir fourni de quoi placer un de leur artiste dans ma liste de l’année. Ou alors c’est moi qui n’avait pas envie d’entendre cela cette année…

Pour écouter tout cela, le mieux serait sans doute que vous disposiez de Spotify et que vous écoutiez la playlist la plus complète qu’il est possible de faire (il manque quelques morceaux, dont Birdy nam Nam et Tom Vek, assez étonnamment), mais pour ceux qui ne souhaitent pas installer l’application, voilà un petit player Deezer, service qui malheureusement comporte encore plus de trous dans son catalogue…